Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Datchary, C. La dispersion au travail

Jacques Leplat
Référence(s) :

Datchary, C. La dispersion au travail. Toulouse : Octarès, 206 pages

Texte intégral

1Voilà un livre qui m’a attiré un peu au hasard par son titre et sa couverture sur la table de presse d’Octarès et que j’ai lu ensuite avec intérêt et plaisir. Il s’inscrit dans une perspective sociologique, mais on ne serait pas étonné de le trouver dans une bibliothèque d’ergonome, car les situations traitées peuvent être analysées sous différents angles, ce que remarque bien l’auteur. Ces situations sont d’une grande variété tout en présentant un certain nombre de traits communs. Ainsi, commentant les deux situations prises comme exemples dans son introduction, l’auteure en marque les points communs : « Toutes les deux décrivent un cadre engagé sur plusieurs fronts simultanément, qui peine à gérer les multiples sollicitations qui l’assaillent dans un flux ininterrompu. Ils prodiguent les mêmes conseils et recettes (s’offrir des moments de réelle déconnection, apprendre à déléguer, équilibrer vie personnelle et vie professionnelle, garder de la hauteur, etc. » (p. 13). Le lecteur trouvera sans peine des situations de ce type dont il a été témoin ou qu’il a vécues lui-même. Les psychologues et ergonomes qui ont étudié certaines de ces situations les désignent sous le nom de tâche – ou d’activité – en temps partagé (selon la référence choisie) et ils en ont fait parfois des modèles. L. Thévenot qui a rédigé la préface du livre en donne et commente quelques paragraphes dont voici les titres qu’il leur a donnés en forme de phrase : « La tradition critique de la sociologie face à la dispersion : une situation critique tiraillée entre plusieurs engagements… appelant un renouveau dans l’approche d’activités… au cœur d’un capitalisme contemporain qui tire profit de la dispersion… et exploite l’exploration » (pp. 1-7). Le cadre proposé par Thévenot, brièvement cité ici, la sociologie des engagements, et dont l’auteure s’inspirera, caractérise l’activité en termes d’« engagements avec l’environnement » (p. 3). Cet engagement « dépend d’une disposition du monde autant que de l’agent, orientée vers un bien et soumise aux moments éprouvants de doute au contact d’une réalité » (id.).

2Dans son introduction, l’auteure analyse aussi ces situations de dispersion en référence aux évolutions de l’organisation du travail, aux insuffisances de la planification face aux imprévus, à la nécessité d’articulation des compétences multiples exigées par certains travaux.

3Le premier chapitre dégage les traits essentiels des perspectives de recherches qui guideront les recherches originales rapportées dans les chapitres suivants. À cette fin, sont d’abord examinées les sources du manque de visibilité relatif de ce travail dispersé et les possibilités d’y faire face. L’analyse des « situations de dispersion » et des ambiguïtés soulevées par ce dernier terme aboutit à une proposition de « définition élargie des situations de travail dispersives : situation de travail où la personne est fréquemment confrontée à des engagements multiples dans un empan temporel serré » (p. 31). Ce chapitre propose également des éléments de méthodologie qui seront exploités dans les chapitres suivants, chacun traitant d’un type de situation. : « des traders en salle de marché, des conducteurs de travaux dans un service d’assainissement, un manager d’un centre de recherche, la dispersion collective et conjoncturelle dans des agences d’événementiel ».

4La méthodologie s’inspire d’une « démarche ethnographique comparative » et procède par une « immersion en continu sur le terrain », entre quinze jours et deux mois. Les observations sont réalisées à des niveaux (« focales ») variés selon la nature du travail. Une attention particulière a été apportée à l’équipement externe et aux variations des postures de travail.

5La conclusion générale, sous-titrée « Prendre au sérieux la dispersion au travail », est organisée autour de deux thèmes : construire de la cohérence dans la dispersion, et apports sociologiques. Le premier thème s’organise autour du problème de la généralisation avec la discussion des « conditions de la montée en généralité ». L’auteure soutient l’idée que « la phase exploratoire d’un phénomène social constitue un des premiers lieux de l’articulation micro / macro » et conçoit sa démarche comme une contribution à cette articulation. Elle considère aussi qu’« un autre vecteur de la montée en généralité dans l’analyse ethnographique consiste à mettre en évidence des parentés, similarités… » (p. 155), ce qui a été fait dans la présente recherche par l’usage de la méthode comparative.

6Un second type de question est relatif aux apports de l’étude à la sociologie. Il aborde quatre points : un plaidoyer pour une approche praxéologique des TIC, une coopération à la fois plus complexe et plus nécessaire, des compétences et des charges comme corollaires indispensables. L’analyse des quatre terrains révèle différentes manières de gérer la dispersion qui sont perfectibles et donc susceptibles d’être exploitées par la formation. Ainsi apparaissent des moyens pour aborder la mésestime et le désintérêt porté aux activités dispersées, facilement, mais injustement considérées comme du bricolage.

7Cet ouvrage qui s’attache à l’analyse d’un type de situation tellement fréquent dans le monde moderne est susceptible d’être apprécié par un large public, non seulement par son thème, mais aussi par la manière dont il a été traité. Il devrait intéresser plus particulièrement les ergonomes, notamment par les réflexions méthodologiques qu’il propose en plusieurs passages. Les débats sur « la montée en généralité » méritent d’être poursuivis par tous… En résumé, ceux qui ont affaire à l’analyse du travail ne s’ennuieront pas à la lecture de ce livre.

Avril 2013.
J. Leplat

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « Datchary, C. La dispersion au travail », Activités [En ligne], 10-2 | Octobre 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://activites.revues.org/863

Haut de page