Navigation – Plan du site
Dossier Intervenir sur le travail : objets, valeurs et principes

Intervenir sur le travail : objets, valeurs, et principes

Introduction au dossier
Katia Kostulski et Alexandre Morais

Texte intégral

1C’est avec une grande satisfaction que la revue @ctivités voit aujourd’hui paraître la première partie du dossier Intervenir sur le travail : objets, valeurs et principes, suite à un appel à publication lancé en 2011. Son objectif était ambitieux, et les questions soulevées par l’intervention si présente dans notre revue qu’il nous fallait relever le défi.

2Rappelons-en l’objet. Nous faisions, dans cet appel à publication, le constat d’un paradoxe : nombre de disciplines s’intéressant au travail mobilisent de façon centrale la notion d’intervention, mais sans nécessairement la définir ou en débattre réellement au-delà du « schéma d’action » inhérent aux disciplines et aux courants de l’analyse du travail, schéma d’action qui court toujours le risque de se voir transformer en procédure lorsque les méthodologies et méthodes ne sont pas explicitées dans leurs fondements.

3Nous proposions alors la publication d’un dossier qui prendrait pour objet ces fondements, et porterait ainsi explicitement sur les objets de l’intervention, sur les modes d’engagement des intervenants et des professionnels ; et enfin, sur « la théorie de la transformation » sous-jacente aux interventions.

4Poser la question de l’objet de l’intervention suppose de ne pas le renvoyer, comme c’est souvent le cas, à une simple description thématique, comme « les TMS », « les risques professionnels », « la transmission du métier »… mais de tenter, au contraire, de formaliser l’objet sur lequel porte l’action, l’action réalisée par l’intervenant, mais aussi organisée par l’intervention dans sa globalité, objet dont on interroge peu les modes de construction et de formalisation. De même, les modes d’engagement des intervenants, les postures qui en découlent, sont toujours pétris de sous-entendus. L’intervention porte en elle-même un point de vue politique sur le travail, et l’engagement des intervenants ne saurait procéder sans l’adhésion à des valeurs que l’on gagnerait à expliciter en tant que telles. Enfin, si les intervenants rendent souvent compte, avec un degré d’identification variable, de ce qui a pu être transformé dans une intervention, les « principes supposés agir » pour opérer ces transformations ne sont pas si facilement repérés et explicités. C’est ainsi que nous souhaitions interroger « la théorie de la transformation » inhérente à l’intervention dans ses différents modes d’exercice.

5Les efforts d’explicitation de ces questions dans les articles qui suivent n’en font pour autant pas un dossier homogène du point de vue de ses thématiques. Cette homogénéité était –elle possible, au vu de la diversité des genres d’intervention et de leur point d’entrée dans les milieux de travail ? Ces explicitations peuvent-elles relever des mêmes segmentations selon que l’on entre dans l’intervention par le prisme de la subjectivité au travail ou celui de l’homéostasie des systèmes ? Plus encore. Si l’on peut reconnaitre ex nihilo des principes, valeurs, objets qui orientent l’action de l’intervenant, l’intervention est toujours singulière, enracinée, indexée au contexte spécifique dans laquelle elle advient. Cette singularité viendra affecter, transformer les accents des modes d’action — non pas en les détournant —, mais en les déclinant de manière singulière selon la problématique rencontrée et les dimensions que cette dernière met en exergue pour l’intervenant. C’est d’ailleurs pour une part ce qui fait l’unicité de ce dossier : cette adaptation et transformation de l’intervention, cet infléchissement nécessaire vers des objets et des modes d’action qui, s’ils ne sont pas étrangers aux principes méthodologiques généraux, naissent d’une rencontre avec la singularité de la situation. Au-delà — mais ce n’est pas une découverte —, dans chacun des textes du dossier, la transformation de la situation nécessite une mise en réflexivité du travail chez les professionnels concernés.

6Dans cette première partie du dossier, le texte de Sabrina Rouat propose que l’intervention procède en travaillant au-delà du contenu de la commande, en se situant au plan du processus de travail et en favorisant, en tant qu’opérateur structurant de l’intervention, l’engagement des professionnels, en vue de répondre à une exigence de durabilité des transformations opérées. La possibilité d’une maturation durable de l’organisation est ici objet, moyen, et but de l’intervention.

7Sébastien Bruère et Jérôme Chardeyron proposent, avec des objectifs de pérennité proche, un point de vue sur l’intervention en tant qu’elle doit permettre, pour agir sur l’organisation du travail, un travail collectif de réorganisation de l’organisation du travail.

8Le texte de Stéphane Balas met l’accent sur l’opportunité d’un contexte de conception d’une prescription pour mieux connaître l’activité réelle, les irrésolus du métier, et participer ainsi au développement du pouvoir d’agir des professionnels. On y voit une triple transformation : celle du contenu du référentiel, celle du processus de conception du référentiel ; celle, enfin, du développement du pouvoir d’agir chez les professionnels.

9Emmanuelle Reille Baudrin et Christiane Werthe mettent l’accent, dans leur texte, sur une dimension résolument clinique de l’intervention : celle qui consiste à faire, pour l’intervenant, « quelque chose » des inattendus de l’intervention pour en déplacer l’objet. L’intervention apparaît ici comme un espace de création ou de re-création sensible à l’imprévisible.

10Enfin, la contribution de Virginie Althaus, Vincent Grosjean et Éric Brangier s’appuie sur le paradigme systémique pour discuter les démarches d’interventions fondées sur « un diagnostic » au profit d’une centration sur le processus de changement et de son évaluation, dans une intervention concernant la santé, le bien-être, le maintien à l’emploi des seniors.

11Souhaitant que cette première partie retienne votre intérêt, et dans l’attente de la suite du dossier à paraître en octobre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katia Kostulski et Alexandre Morais, « Intervenir sur le travail : objets, valeurs, et principes  », Activités [En ligne], 10-1 | Avril 2013, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://activites.revues.org/547

Haut de page

Auteurs

Katia Kostulski

Articles du même auteur

Alexandre Morais

Articles du même auteur

Haut de page