Navigation – Plan du site

Éditorial

Yvon Haradji, Katia Kostulski, Valérie Pueyo, Pascal Ughetto, Alexandre Morais et Pascal Béguin

Texte intégral

1Le lecteur, avec ce nouveau numéro de la revue (V10n1), pourra constater à quel point les notions d’activité et d’intervention sont centrales pour nos métiers, comme elles sont essentielles pour notre revue. Présentes comme un fil de lecture transverse à tous les numéros, elles sont ici mises en exergue du fait de la publication de deux dossiers les concernant. La rencontre de ces deux dossiers dans un même numéro, bien que résultant du hasard des calendriers et des programmations de dossiers, montre plus que de coutume, les axes structurants de notre ligne éditoriale, et notre volonté de nous inscrire dans les débats et dans la nécessaire production de connaissance sur ces sujets.

2D’abord, la revue a choisi d’accueillir un dossier sur le pragmatisme dirigé par Christian Brassac et Manuel Zacklad. Il a été proposé par un collectif de chercheurs au terme d’un séminaire, séminaire qui a réuni les contributeurs de ce dossier et d’autres participants autour de la mise en pratique des approches liées au courant du pragmatisme. Depuis quelques années, ce courant philosophique est à l’origine d’un intérêt croissant dans diverses disciplines et est considéré par certains comme une source importante de renouvellement des problématiques et méthodologies. La perspective pragmatique ou pragmatiste – laissons ici ouvertes les controverses sémantiques qui peuvent opposer les spécialistes de ces approches – propose un point de vue sur l’action et l’activité insistant sur la nécessité de ne pas opposer les notions d’action et réflexivité, pratique et symbolique, ou encore individu et collectif, mais au contraire de les articuler. L’approche a partie liée avec diverses sources théoriques qui prétendent au même effort. Le lecteur d’Activités n’ignore pas ce type d’apports théoriques, la revue ayant publié à plusieurs occasions des articles se référant à l’approche instrumentale, la théorie de l’activité, le cours d’action, la clinique de l’activité, lui donnant ainsi les moyens d’une mise en perspectives. Mais, avec ce dossier, un espace a été dégagé pour approfondir la présentation de ces fondements théoriques et donner ainsi à voir des possibilités d’application sur des questions de travail et d’organisation, thèmes récurrents de notre revue.

3Ensuite, le débat sur l’activité et ses théories est structurant pour nos métiers ; celui sur la transformation des situations l’est tout autant. C’est pourquoi, et afin de poursuivre la réflexion engagée dans les textes déjà publiés (voir par exemple l’éditorial du volume 3 numéro 1 de 2006), la revue a lancé un appel à communication en 2011 sur le thème de l’intervention avec pour titre « Intervenir sur le travail : objets, valeurs et principes ». Le lecteur trouvera ici la première partie du dossier (la deuxième partie paraîtra en octobre 2013), avec des discussions ouvertes sur les concepts, méthodes et critères de l’intervention. Quel en est l’enjeu ? Le praticien - qu’il soit chercheur, consultant ou membre d’une entreprise - est confronté à la singularité des situations de travail et à la nécessité d’adapter en permanence son action. Les auteurs, dans le cadre de ce dossier, nous proposent un point de vue réflexif sur leur pratique et, de ce fait, nous aident à mieux comprendre ce qui est capitalisable, formalisable, diffusable de leur expérience de transformation des situations. Activités, par l’initiative de ce dossier, entend contribuer à la mise en patrimoine des acquis, et à maintenir le débat sur ce thème de l’intervention.

4La présence importante de ces deux dossiers ne doit pas occulter les autres formes de publication possibles dans la revue et présentes dans ce numéro. Ainsi, deux textes sont publiés dans la rubrique « Articles ». Celui de Françoise Decortis porte sur l’activité narrative et analyse la dynamique de création des récits dans une classe d’enfants. L’auteur aborde le récit dans sa dimension instrumentale (récit pour soi, pour les autres et dans le cadre d’une activité coopérative) et dans sa dimension créative (le récit entre réalité et imagination sur des empans temporels longs). Ce travail a une visée plus générale et cible les situations pédagogiques et culturelles pour lesquelles la production de récit est un enjeu. La transition est aisée avec l’article de Valérie Le Bris et Béatrice Barthe qui, de leur côté, analysent la dynamique d’élaboration du cahier de liaison et son rôle dans la relève de poste d’un processus industriel de l’aéronautique. L’analyse montre comment la rédaction du cahier est fortement articulée à la dynamique d’activité du responsable d’équipe et à l’évolution du processus. Cette connaissance portée sur le cahier joue alors un rôle de médiation entre l’équipe descendante et l’équipe montante (collectif asynchrone) et a pour objet d’assurer la continuité de l’activité d’un collectif à l’autre. La visée de transformation porte ici sur la reconnaissance au niveau organisationnelle de la dynamique d’élaboration du cahier des liaisons (pour ne pas seulement considérer le moment de la relève) et aussi d’envisager les moyens adaptés permettant au responsable d’équipe de constituer ces traces de l’activité.

5Le lecteur pourra également découvrir deux autres formes de publication attendues dans la revue : d’une part, la publication de « Résumé de thèse », rubrique par laquelle nous développons une politique éditoriale qui valorise les travaux des jeunes chercheurs ; et d’autre part « l’analyse » d’ouvrages récemment parus.

6C’est ainsi que Marie Ianeva nous expose les grandes lignes de sa recherche de doctorat. Son travail, s’appuyant sur une articulation entre théorie de l’activité et cognition/action située, définit le concept de saillance pour appréhender la dimension individuelle et sociale du travail. Sa thèse s’inscrit dans le contexte technico-organisationnel d’un centre d’appel et propose des pistes de réflexion sur l’objet du travail et sur les formes de collaboration et de coordination des acteurs.

7Marc Favaro propose une recension de l’ouvrage qui rassemble des textes de Claude Veil, pionnier de la psychopathologie du travail en France, ouvrage récemment paru (2012) à l’initiative de Dominique Lhuilier. Marc Favaro, partant de son point de vue d’acteur de la prévention des risques au travail, structure et présente autour de 4 axes une vue critique des travaux de C. Veil : le contexte scientifique de C. Veil, sa pratique centrée sur le « sujet travailleur », sa conception cybernétique des questions de santé au travail et son héritage.

8Enfin, Bernard Prot rédige une analyse du livre « De l’agir au travail » de Michel Jouanneaux (2011). B. Prot nous indique que cet ouvrage se situe dans le prolongement du premier (Le pilote est toujours devant) avec cette tonalité si particulière de l’auteur qui, à partir de sa pratique, va chercher à éclairer les nombreuses facettes de l’activité du pilote, souhaiter comprendre les dimensions professionnelles, émotionnelles et de dignité de ce métier. Comme le dit B. Prot, l’auteur soutient ici le projet « d’exprimer l’expérience acquise ».

9Vous remerciant de votre intérêt et de vos contributions à la revue, et vous souhaitant une bonne lecture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvon Haradji, Katia Kostulski, Valérie Pueyo, Pascal Ughetto, Alexandre Morais et Pascal Béguin, « Éditorial », Activités [En ligne], 10-1 | Avril 2013, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://activites.revues.org/518

Haut de page

Auteurs

Yvon Haradji

Articles du même auteur

Katia Kostulski

Articles du même auteur

Valérie Pueyo

Articles du même auteur

Pascal Ughetto

Articles du même auteur

Alexandre Morais

Articles du même auteur

Pascal Béguin

Articles du même auteur

Haut de page