Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrage

Leplat, J. (2011). Mélanges ergonomiques: activité, compétence, erreur

Toulouse: Octarès
Frédéric Yvon
Référence(s) :

Leplat, J. (2011). Mélanges ergonomiques : activité, compétence, erreur. Toulouse: Octarès

Texte intégral

1La publication d’un ouvrage dont l’auteur est Jacques Leplat est toujours un événement scientifique et celui-ci ne fera pas exception. Depuis plus de 30 ans et la parution de La Psychologie ergonomique, chacun de ses livres (L’analyse du travail en psychologie ergonomique, Tome I et II, en 1992 et 1993, Regards sur l’activité en situation de travail en 1997, l’analyse psychologique de l’activité en ergonomie en 2000, Repères pour l’analyse de l’activité en ergonomie en 2008) représente une contribution majeure au champ qu’il a contribué à fonder et développer : la psychologie ergonomique, entendue comme système articulé des connaissances psychologiques qui permettent de soutenir la pratique ergonomique. Ce dernier ouvrage, en particulier, présente l’état des connaissances scientifiques sur trois thèmes qui ont jalonné sa longue carrière de chercheur et qui sont annoncés dans le titre : l’activité, les compétences et l’erreur. L’auteur effectue donc une synthèse nourrie des travaux les plus récents sur ces trois thématiques. Il ne s’agit pas évidemment d’une recension exhaustive, mais d’une sélection ordonnée des plus « significatifs » qui permettent de nourrir un cadre d’analyse cohérent et structuré, incontournable pour le chercheur, le praticien et l’étudiant ergonome.

2Le premier chapitre est un texte original sur le concept d’activité. Il prolonge les textes de 1997 et 2000 qui proposaient également une modélisation de l’activité représentée comme couplage entre une tâche et un sujet, autrement dit entre des conditions externes et des conditions internes. Ce chapitre se centre davantage sur le concept de tâche et sur les passages entre tâche prescrite et tâche redéfinie, puis entre tâche redéfinie et tâche effective. Il s’achève sur les activités collectives et la notion de tâche collective.

3Le deuxième chapitre est la réédition d’un article paru en 2008 dans une revue roumaine Psihologia Resursilor Umane. Il traite du concept de compétence du point de vue de la psychologie ergonomique et livre un véritable état des lieux de ce thème en ergonomie. Il est suivi d’un texte original portant spécifiquement sur compétence et expérience. L’auteur y fait montre de son habituelle rigueur à distinguer les concepts qui nourrissent une certaine proximité et à les articuler entre eux. L’entreprise n’est jamais facile et l’auteur s’y exerce avec précaution et nuances. La manière de faire constitue un modèle du genre. On aimerait que chaque chercheur en sciences humaines et sociales fasse montre de ce même souci du mot juste qui permet de prévenir les confusions conceptuelles qui sont courantes dans notre champ. Ce texte est donc un modèle en termes de méthode et de progression qui devrait être donné à lire à tout étudiant pour qu’il en prenne exemple.

4Le troisième chapitre porte sur la notion de breakdown (rupture) dans l’analyse ergonomique du travail. Il a été rédigé à l’origine pour un symposium qui s’était tenu en 1991. Ce concept, à notre connaissance, est nouveau dans la psychologie ergonomique que l’on connaît et pourrait bien prétendre, à la suite de cette contribution enfin offerte à un large public, à une place centrale. Il est complété par un texte qui revient sur les distinctions conceptuelles entre rupture et variations. C’est aussi l’occasion de réinterpréter le concept de rupture dans le modèle de l’activité (pp. 94-96) entre sources internes et sources externes.

5Le quatrième chapitre est la réédition d’un texte publié en 2009 dans la même revue que le deuxième chapitre. Il fait le point sur le concept d’erreur. Il est complété par trois textes qui ont pour titre : commentaires d’actualisation 1, commentaires d’actualisation 2 et commentaires rétrospectifs. Ce dernier texte reprend des extraits de contributions datant de 1999 et 1985. Le premier commentaire d’actualisation met en perspective le concept d’erreur alors que le deuxième présente la recension d’un ouvrage de Dekker paru en 2005 sous le titre Ten questions about human error. Ces quatre textes font le bilan des connaissances sur le thème de l’erreur en psychologie ergonomique et contribuent à en comprendre l’importance en le considérant sous plusieurs perspectives : l’erreur est d’abord un événement à corriger, mais est aussi une porte d’entrée pour l’analyse du travail humain et du fonctionnement des organisations. La dimension pragmatique se nourrit donc d’une dimension ontologique (le statut de l’erreur dans le fonctionnement du processus de travail) complétée par une perspective historique qui nous déplace d’une vision négative de l’erreur à sa réhabilitation épistémologique. Dans cette partie, l’ouvrage n’a jamais mieux porté son nom : il s’agit bien de mélanges, de textes qui constituent autant de pièces essentielles au débat et à la pratique ergonomique. En livrant au lecteur ses connaissances et un regard rétrospectif sur le concept d’erreur, l’auteur ne le clôt pas, mais au contraire le rend suffisamment ouvert et vivant pour permettre à chacun de se sentir invité à y prendre sa place. La construction de l’ouvrage en textes successifs montre ici toutes ses vertus : elle ouvre à la pensée plutôt que ne la limite. C’est le grand mérite de l’auteur de ne pas chercher à asséner son érudition au lecteur, mais de se mettre à sa hauteur pour qu’il puisse cheminer et s’approprier les contributions décisives pour la psychologie ergonomique.

6L’ouvrage est ainsi construit sous le signe de la pluralité qui est clairement annoncée dans le titre de l’ouvrage : pluralité de textes écrits sur une période assez large (entre 1985 pour le plus ancien et 2010 pour le plus récent), pluralité des thèmes identifiés dans le sous-titre, pluralité des approches théoriques (même si la psychologie cognitive tient une place de premier plan), pluralité de la nature des textes (commentaires rétrospectifs, commentaires d’actualisation et revue de littérature). Néanmoins, il est aussi soutenu par une unité méthodologique et théorique. On ne reviendra pas sur la démarche qui consiste à distinguer les concepts disponibles dans la littérature et à rassembler les apports significatifs des chercheurs à la constitution et le développement d’une psychologie ergonomique. Tout autant, cet inventaire obéit à une organisation du champ qui est rappelée dès le premier chapitre : l’objet de l’ergonomie est l’activité de travail. Cette activité est le résultat du couplage entre des conditions internes (propres au sujet) et des conditions externes (une tâche, un environnement). Le chapitre 1 explore davantage les ressources disponibles pour comprendre le développement de ce couplage (passage d’une tâche prescrite à une tâche effective en passant par la tâche redéfinie), alors que le chapitre 2 et son complément approfondissent les conditions internes dans la perspective de la compétence. Le chapitre 3 permet de compléter le schéma de départ en le refondant : le breakdown, traduit par rupture, peut désigner tout type d’écart, de hiatus, d’incident, de faille (gap) qui est le point de départ de toute analyse ergonomique du travail. Le chapitre 4 prolonge cette réflexion en considérant un cas particulier de rupture : l’erreur comme écart à la procédure, à la planification ou à la règle. Cette unité théorique est parfaitement illustrée par les différentes figures qui sont présentées tout au long de l’ouvrage et qui se complètent mutuellement (figure 2 page 16 pour le modèle général de l’activité, figure 6 page 40 pour ce même modèle appliqué au collectif de travail, figure 4 page 23 pour le modèle de la transformation de la tâche et figure 1 de la page 149 pour ce même schéma appliqué à l’analyse de l’erreur).

7Il est donc possible de pratiquer une lecture transversale de l’ouvrage en s’intéressant particulièrement à des notions récurrentes comme le collectif (p. 37 et suiv., p. 64 et suiv.) ou la formation (p. 48, p. 89, p. 158). On peut d’ailleurs regretter l’absence d’un index des notions traitées qui permettrait d’effectuer ces déplacements plus aisément. Les textes peuvent aussi se lire dans le désordre, en commençant par la notion de rupture, pour ensuite lire les développements sur l’activité. L’ouvrage est en cela une ressource inépuisable que l’ont peut lire de manière linéaire ou consulter comme un manuel. En cela, il est riche et stimulant.

8L’ouvrage s’adresse à l’étudiant qui voudrait explorer de manière approfondie les différentes perspectives d’analyse possibles sur les trois notions qui figurent dans le sous-titre, au professionnel qui voudrait explorer des ressources théoriques et conceptuelles pour développer son emprise sur les terrains d’intervention qui lui sont soumis et au chercheur qui pourra prendre conscience des dimensions qui restent à préciser et en déduire des pistes d’approfondissement pour ses propres travaux. Dans cette perspective, il est une invitation à penser et à prendre sa place dans la psychologie ergonomique pour la développer et l’enrichir à son tour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Yvon, « Leplat, J. (2011). Mélanges ergonomiques: activité, compétence, erreur », Activités [En ligne], 8-2 | octobre 2011, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://activites.revues.org/2644

Haut de page