Navigation – Plan du site
Points de vue et débats

Le lean et l’activité humaine

Quel positionnement de l’ergonomie, convoquée par cette nouvelle doctrine de l’efficacité ?
Fabrice Bourgeois et Olivier Gonon

Résumés

Les ergonomes se voient adresser de plus en plus de demandes directement en lien avec le lean. Certes, le Just in time, le kanban, le kaisen… ne sont pas réellement nouveaux dans le paysage. Ce qui par contre l’est, c’est son irruption dans l’entreprise comme système global, et la grande agitation des valeurs qu’il véhicule. Il indique un changement très important des référents notionnels de l’efficacité des entreprises, impactant les ressources de travail et l’interprétation des résultats. Les promesses du lean offrent aux entreprises une opportunité de « changer » non seulement en « mieux » (plus grande agileté, réactivité, souplesse…), mais aussi en « bien » (affranchissement du taylorisme au point de se trouver une proximité naturelle avec l’ergonomie). Cette dernière affirmation interpelle. Elle est initiée par les spécialistes du lean, et non par les ergonomes, auquel cas il semble normal qu’une réponse « disciplinaire », aujourd’hui inexistante, soit apportée. Des positionnements au sein de l’ergonomie existent déjà, mais couvrent un spectre très large allant, de ceux qui soutiennent que le lean n’est pas loin de correspondre à la fin de l’histoire de l’ergonomie, étayant ainsi la thèse de la correspondance, à ceux qui y voient une nouvelle représentation du taylorisme, et la nouvelle menace contre laquelle combattre. Sur cette question d’actualité, qui fait donc controverse, l’intention des auteurs est d’initier un échange entre praticiens et chercheurs afin de parvenir à une meilleure identification de la place de l’activité (de travail) et celle de l’ergonomie.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 28 février 2010, accepté pour publication le 14 mars 2010

Texte intégral

Introduction

  • 1 Table ronde proposée, organisée et animée par Olivier Gonon (ERGOnova) http://www.self2009.org/prog (...)
  • 2 Fabrice Bourgeois (OMNIA Intervention Ergonomique), François Coutenceau (SECAFI Changement-Travail- (...)

1Lors du congrès de la SELF 2009, une table ronde « Ergonomie et lean, des collaborations possibles ? » a été organisée1 de façon à rendre compte d’expériences d’ergonomes inscrits dans des contextes professionnels diversifiés2. Le constat partagé est que le lean est de plus en plus présent dans les entreprises, dans un contexte d’évolution des modes d’organisation où dominent le flux tendu, la solution immédiate et la chasse aux coûts. En effet, le lean propose une façon de penser l’efficacité, des outils formatés et des actions « coup-de-poing » en s’engageant sur des objectifs d’amélioration de la performance à très court terme. Son déploiement est soit exigé des clients devant s’assurer, comme eux, de l’adoption du lean par leurs fournisseurs, soit déployé en interne comme condition de survie face à la concurrence.

2Dans ce contexte, la table ronde a pointé une grande diversité d’interpellations. Des directions d’entreprises peuvent voir l’ergonomie comme une fonction spontanément intégrée, simplement pragmatique, des applications du lean. Ou au contraire, elles peuvent voir dans l’ergonomie une ressource les aidant à sortir d’un modèle de performance qui ne s’avère pas, avec l’expérience, si vertueux que cela. En cela, cette demande n’est pas si éloignée de celle des CHSCT, via les expertises, qui voient dans l’ergonomie, un moyen d’instruire leur défiance face au lean. Aussi, pour certains, les objectifs du lean et de l’ergonomie peuvent paraître proches. Pour d’autres, l’ergonomie doit conserver une pensée propre et singulière. À laisser libre cours à cet éventail de représentations, la schizophrénie guette l’ergonome et ravive des querelles au sein de la discipline.

3Alors, doit-on faire contre le lean ou avec ? Comment intervenir dans des entreprises où le lean est déployé, sans que l’ergonome soit « noyé » dans une démarche globale, ou instrumentalisé au service d’une doctrine qui lui échapperait ? Quelle efficacité l’ergonomie peut-elle apporter au lean ou à côté du lean ou encore en alternative du lean ? Le lean peut-il être considéré comme un modèle de substitution du taylorisme ?...

  • 3 Les réflexions et les questions qui sont explicitées dans le cadre de cet article sont liées d’une (...)
  • 4 4. L’actualité nous rappelle à une plus grande visibilité sur ce sujet. L’affaire des rappels Toyo (...)

4Sur ces questions, dont on sait qu’elles vont faire controverse, l’intention des auteurs3 est d’initier un échange avec les praticiens et les chercheurs4.

L’événement : l’entrée des entreprises dans le lean

  • 5 Voir à ce sujet le très utile et intéressant glossaire de Xavier Roart, sur les termes et définitio (...)
  • 6 Voir, entre autres, les contributions de F. Daniellou et B. Dugué dans L. Théry (Ed), Le travail in (...)

5Le lean n’est pas une affaire nouvelle pour les ergonomes. Depuis deux décennies, les just in time, flux tiré, kaisen, kanban, smed, 5S… et autres composantes du système lean (Roart, 2007)5 sont dans le paysage des interventions. Nous constatons que cette proximité était, jusqu’alors, assez relative car l’ergonomie était identifiée sur la finalité « santé » alors que les chantiers kaisen l’étaient sur la « productivité ». Et jusqu’à un passé récent, les entreprises, dans leur majorité, entendaient dissocier les deux. Rares sont les retours d’expérience « explicites » sur la tension entre les deux approches6. Il faut noter un rapport de l’IRSST sur la faisabilité d’intégrer l’approche participative associée aux aspects « santé et sécurité au travail » dans celle des chantiers Kaisen (Toulouse, Nastasia, & Imbeau, 2005) ou encore une étude de l’INRS sur les effets sur l’activité et la santé des systèmes productifs au plus juste (Morvan, François, & Bourgeois, 2008).

  • 7 Voir le mémoire de Master Organisation du travail et ergonomie, Université Paris 1 : Objectifs et e (...)

6Depuis peu, on remarque l’accélération de l’irruption du lean comme système global7 au sein des secteurs industriel et des services. Il est étonnant de se rendre compte que de grands constructeurs – tant automobiles qu’avionneurs – s’y attellent depuis peu de temps, même si certains éléments du lean, appliqués depuis de longues années, laissaient croire le contraire. Les demandes que les ergonomes reçoivent sont désormais en lien avec la globalité du lean. Elles transitent, assez nombreuses, par les expertises CHSCT. En effet, les syndicats d’établissements ou d’entreprises voient le lean apparaître clairement comme un déterminant majeur des réorientations stratégiques des directions et des projets d’investissements et de réorganisation. Les demandes transitent également par des directions supports (Hygiène-Sécurité, Méthodes…) déstabilisées par ces changements. Dans ce contexte, l’ergonomie est explicitement interpellée sur sa contribution à la performance, en plus de celle classique à la santé, si toutefois l’une et l’autre sont encore distinguées tant il apparaît que la performance devient l’axe prioritaire, intégrant ou excluant la santé, selon les cas.

7L’irruption du lean, comme système global, est donc marquée par un renouvellement – retournement étonnant des valeurs et référents de l‘entreprise. Le management affiche, dans ses déclarations et argumentaires, ce qu’il faut désormais convenir comme « mieux » et « bien » pour l’entreprise. Le discours insiste sur l’abandon, voir le rejet du taylorienne, responsable de bien de maux pour la santé et la performance. Il annonce sa foi nouvelle dans le lean, dont il est attendu, selon eux, une rencontre quasi évidente entre les besoins et les moyens des opérateurs, la préservation de la santé, le développement des compétences et de la performance.

  • 8 On peut guider le lecteur vers la revue « ergonoma » (revue de promotion d’équipements dits « ergon (...)

8Et c’est cette nouvelle recomposition des valeurs de ce qui est bien et ce qui est mal qui, aujourd’hui, secoue l’ergonomie. En effet, les promoteurs du lean font, à l’ergonomie, des offres d’intégration immédiate. Bien évidemment, l’ergonomie doit s’interroger sur cette invitation qui l’amène à renoncer à des aspects importants de son identité disciplinaire, notamment l’analyse de la demande, à partir de son point de vue. Car il y a une tendance à ce qu’on détermine, sans elle, ce qu’elle doit faire. En effet, on voit apparaître des cabinets d’ingénierie, promoteurs de systèmes clé en main lean, qui recrutent ou s’associent à des ergonomes et élargissent leur offre en conséquence. Ainsi peut-on s’étonner d’observer l’ergonomie, ici, réduite à un concept du geste juste, version relookée du geste parfait à apprendre8. Il s’agit bien sûr d’une ergonomie applicative, au service de la mise en œuvre d’un projet qui n’a pas besoin d’être discuté dans ses bases.

Les paradoxes saisissants

9Ceux qui énoncent l’hypothèse d’une « entente naturelle » entre lean et ergonomie s’appuient sur des convergences d’intentions que ces deux approches auraient en communs, notamment sur la base d’une critique partagée du taylorisme. La doctrine du lean revendique, en effet, de nombreuses ruptures avec le modèle taylorien9. À la spécialisation des tâches qui résultait d’une division du travail reprochable de démotivation, le lean dit opposer l’attractivité de la poly-compétence et des tâches diversifiées. Au travail strictement répétitif et spécialisé, il dit opposer l’autonomie d’équipe, l’accès à des machines et tâches variées. Il dit confier la conception au management de production et opérateurs et non plus aux ingénieurs et techniciens, jugés trop éloignés du terrain. Il dit remplacer la suspicion de l’ouvrier « flâneur » par celle du manageur qui manquerait d’attention vis-à-vis des difficultés des opérateurs. Il dit évaluer l’opérateur dans sa capacité non plus à occuper pleinement une machine (flux poussé) mais à réduire les stocks et les gaspillages (flux tirés), lui conférant un rôle plus important dans la gestion de l’efficacité, etc.

10Ainsi formulées, les critiques du taylorisme par le lean présentent des ressemblances avec celles de l’ergonomie. Cette « proximité » n’est évidemment pas recevable sur ces seules impressions de convergence. Pour y répondre, l’ergonomie a à produire un point de vue et un positionnement, aujourd’hui très hétérogène. Cependant, non pas sur les intentions doctrinaires, mais sur les applications concrètes, nous pensons que l’ergonomie a déjà un point de vue, notamment sur des paradoxes observés.

11Il en est ainsi de la polyvalence ou poly-compétences, depuis longtemps observées avec prudence en ergonomie. Leur caractère vertueux n’est pas systématique et ne s’envisage que si des conditions, actuellement ignorées des applications lean, sont réunies. Par exemple, la polyvalence peut produire l’effet inverse recherché, en mettant l’opérateur devant une répétition de situations de (ré)apprentissages coûteux.

12Il en est ainsi, également, de la participation des opérateurs dans les chantiers kaisen. Leur simple présence ne garantit pas une implication à la hauteur du rôle attendu d’eux. La parole des opérateurs, et donc la convocation du travail et de l’activité, est souvent malmenée par les déterminismes techniques et industriels qui dominent les débats. La difficulté d’évoquer librement et efficacement ce qui constitue leur valeur ajoutée est manifeste, surtout lorsqu’elle correspond, aux yeux de leurs interlocuteurs principaux, à des transgressions quotidiennes des standards ou des… « gestes justes ». Dans certains cas, il y a presque un intérêt vital pour les opérateurs à ne pas dire leurs difficultés afin de ne pas transformer leurs besoins en défaut et de pouvoir conserver le potentiel imparfait de marge de manœuvre qu’ils ont pu constituer. Malgré les sollicitations à écouter les salariés, les ingénieurs et le management ont souvent une lecture des événements du travail, respectueuse de l’efficacité du modèle prévu, sans supposer que l’écart produit par les opérateurs, plutôt qu’un défaut ou une erreur, peut représenter une expérimentation plus favorable, à connaître et à intégrer, telle que l’envisage, d’ailleurs… la doctrine lean. Le commentaire de cet opérateur est instructif : « C’est vrai, le lean nous a permis d’optimiser notre travail, mais il n’a pas pris en compte les actions que je réalise et qui ne sont pas indiquées dans les procédures… Si aujourd’hui vous changez tous les personnels sur l’ensemble des postes, je suis certain que s’ils s’en tiennent aux procédures…, ils n’arriveront jamais à être aussi performants que nous ».

13Autre exemple, les promoteurs du lean accordent à l’objectif de suppression des opérations inutiles, une vertu de simplification du mode opératoire, qui se trouve ainsi réduit aux gestes « justes » nécessaires pour respecter les exigences du travail. Cette réduction vaudrait moins de pénibilité pour l’opérateur et plus de performance de son activité. Outre le fait que cet objectif présente le risque de re-spécialiser les tâches, il renonce à considérer la variabilité interindividuelle et des situations, ainsi que le mode de constitution de la compétence gestuelle (dans ses dimensions biomécaniques, cognitives et psychologiques), etc.

14Certaines de nos interventions ont ainsi permis de montrer que la mise en œuvre du lean a souvent eu pour effet une spécialisation (taylorisation). Avant le lean, les opérateurs avaient pour tâche d’effectuer l’assemblage de tous les éléments constituants un matériel. Après le lean, ils se sont vus attribuer l’assemblage de « quelques » éléments. On observe ainsi la disparition d’une vision globale d’une tâche que le lean aurait dû, au contraire, préserver voire renforcer.

  • 10 L’ergonomie est habituée à trouver son identité dans la clarification des paradoxes. Dans les année (...)

15Il semble évident que l’ergonomie doit identifier et révéler ces paradoxes et bien d’autres encore, les instruire pour dénouer les confusions qui surgissent derrière le « bon sens » apparent des mots (par exemple : participation, prise d’initiative, efficacité des opérateurs, valeur ajoutée des opérations, place du standard…)10. L’ergonomie a à produire des connaissances que le lean ne possède pas et qui sont de nature à questionner sa doctrine et ses applications.

Relance de la dispute entre l’ergonomie de la tâche et l’ergonomie de l’activité

16Les « développeurs » du lean dans l’entreprise justifient le choix des applications avec une argumentation quasi-ergonomique. Et cette insertion peut être très sincère de leur part. Mais bien évidemment elle n’est pas recevable, sauf si certains ergonomes seraient tentés de leur donner un chèque en blanc. On voit bien ici l’enjeu de clarification au sein de notre discipline.

17L’interpellation de lean prolonge un débat ancien qui pourrait s’intituler « ergonomie et taylorisme, des collaborations possibles ? » et qui ravive la querelle entre l’ergonomie de la tâche et l’ergonomie de l’activité (Hubault, & Bourgeois, 2004).

18L’ergonomie de la tâche trouve dans le lean un milieu naturellement accueillant. Les principes, quasi-standards, sont là, prévus et offerts. Il n’y aurait plus qu’à les utiliser. Il en va ainsi, par exemple, de la suppression du déplacement inutile : c’est une charge en moins pour l’opérateur et un coût en moins pour l’entreprise. On est dans une logique du gagnant-gagnant, rendant inutile le débat et la pensée… pour agir. C’est l’entente cordiale, au point qu’il ne serait pas interdit d’y voir là la fin de l’ergonomie. Elle donne à ses partisans le sentiment d’être dans l’efficacité immédiate.

19La seconde considère le lean comme un système non fini, non résolu, avant tout comme une doctrine dont les applications émanent de convictions potentiellement génératrices de tensions. Là, l’ergonomie doit absolument conserver une pensée propre. Un déplacement est-il utile ? Inutile ? Ce n’est pas joué d’avance.

Épouser, s’opposer, exister ?

20Quelle pensée propre peut-on avoir non seulement sur les applications lean mais aussi sur la doctrine ? Entre la doctrine et ses applications, le positionnement n’est peut-être pas tout à fait le même. Car les choses semblent un peu plus compliquées qu’en apparence. Du point de vue doctrinaire, le lean n’impose pas la suppression des déplacements. C’est dans les formes d’application que le déplacement d’un opérateur s’est révélé comme un défaut, une erreur, une opération sans utilité et sa suppression devenue un quasi standard. Mais il faut considérer que la doctrine lean n’est pas censée s’opposer au fait qu’un déplacement d’opérateur puisse être une ressource, un effet utile. Là, se trouvent à la fois un paradoxe interne au lean et, peut-être, une marge de manœuvre pour une pensée autonome.

  • 11 Sur ces notions de règles effectives, nous recommandons le support de présentation de C. Gaudart et (...)

21De même, la démarche participative inscrite dans la doctrine lean pourrait être, potentiellement, une possibilité pour les opérateurs de « contrôler » le système de prescriptions en ayant un rôle majeur dans leur reconfiguration. Cette action nécessite qu’ils aient les moyens (et c’est un chantier pour l’ergonomie) de convertir leur expérience de confrontation entre les règles formelles (les standards), et les règles autonomes (illustrant leur capacité de réponses face à des situations changeantes, non programmées, imprévisibles… dans le cours de l’activité quotidienne). Les résultats de ces confrontations vécues par les opérateurs (que nous pouvons appeler règles effectives11), ont vocation à devenir, selon la doctrine lean, des standards réactualisés.

22Mais nous voyons bien que cette manière de voir n’est pas offerte dans les applications actuelles du lean. Elle pourrait donc devenir une manière de faire, à discuter, élaborer et expérimenter.

23Plutôt que d’épouser, ou de s’opposer, il n’est donc pas interdit d’imaginer une place à prendre, une autre démonstration de l’effet utile de l’ergonomie. Car il faut tout de même reconnaître que la doctrine lean se présente, aujourd’hui, comme l’unique espace de renouvellement de l’organisation des entreprises de l’industrie et des services. C’est, malgré nous, potentiellement une opportunité qui se travaille et doit être discutée (disputée) par la communauté, sauf à ce que l’ergonomie soit en mesure de proposer un modèle alternatif au lean… ce qui, sauf erreur de notre part, n’est pas le cas.

24En conséquence, nous appelons à un positionnement qui ne soit pas celle d’une confiance aveugle (équivalente à une intégration pure et simple et à un renoncement de l’ergonomie comme discipline) ou celle d’une opposition systématique (équivalente à un renoncement à intervenir pour transformer…).

Des rendez-vous nécessaires entre praticiens et chercheurs

25Ce positionnement nécessite des rendez-vous entre la pratique et la recherche pour produire des connaissances théoriques et pratiques ajustées. Nous pouvons adresser quelques thématiques de rendez-vous possibles, à laquelle la revue Activités pourrait participer :

  • La place de la méthodologie d’intervention ergonomique dans la doctrine lean,

  • L’activité des opérateurs en situation de contribution à la prescription,

  • Les tensions entre les différentes cultures de prescripteurs d’applications lean, dès lors que les opérateurs sont censés accéder à une forme de prescription,

    • 12 Ce chantier de l’instruction par l’ergonomie des modèles d’efficacité est un vieux serpent de mer. (...)

    Le modèle d’efficacité intégrant les effets utiles et la dimension économique de l’activité de travail12,

  • Les notions d’initiatives, de marges de manœuvres,

26À vos plumes, peut-être.

Haut de page

Bibliographie

Hubault, F, & Bourgeois, F. (2004). Disputes sur l’ergonomie de la tâche et de l’activité ou finalité de l’ergonomie en question. Activités, 1(1), 34-53.

Morvan, E., François, M., & Bourgeois, F. (2008). Les systèmes productifs « au plus juste » : quelle place pour l’activité et la santé. In Ph. Négroni, & Y. Haradji (Eds.), Ergonomie & conception. « Concevoir pour l’activité humaine » (43ème congrès de la SELF, Ajaccio, 17-19 septembre 2008) (pp. 61-70). Editions ANACT.

Roart, X. (2007). Glossaire : Lean, 5S, Kaisen… quelques éléments de définition. xavier.roart.free.fr

Toulouse, G., Nastasia, I., & Imbeau, D. (2005). Etude de faisabilité en vue d’intégrer la santé et la sécurité du travail et l’ergonomie à l’approche PVA-Kaisen. Etudes et Recherches R-428. IRSST, Québec.

Haut de page

Notes

1 Table ronde proposée, organisée et animée par Olivier Gonon (ERGOnova) http://www.self2009.org/programme/lean.html

2 Fabrice Bourgeois (OMNIA Intervention Ergonomique), François Coutenceau (SECAFI Changement-Travail-Santé), Julien Falgayrat (ERGOnova), Stéphane Lauret (groupe PSA Peugeot Citroën).

3 Les réflexions et les questions qui sont explicitées dans le cadre de cet article sont liées d’une part aux expériences professionnelles des auteurs, et d’autre part à la lecture des présentations des participants à la table ronde.

4 4. L’actualité nous rappelle à une plus grande visibilité sur ce sujet. L’affaire des rappels Toyota est un évènement qui a été fortement médiatisé. Cela n’en fait pas une affaire réglée pour l’ergonomie. Pour autant, un peu comme elle l’a fait à propos du drame des « suicides » de France Télécom, la presse interpelle à sa manière, et souvent avec une certaine qualité, les contradictions du lean et laisse, ainsi, un espace de débat ouvert au plus grand nombre (des disciplines) dans lequel l’ergonomie a à faire connaître son approche, son modèle de compréhension et ses propositions d’actions. Mais cela est à construire. La SELF a-t-elle, par exemple, les moyens aujourd’hui de proposer un texte de positionnement sur le lean comme elle a su le faire sur la question des troubles psycho-sociaux ? On peut souhaiter que les articles qui suivront ce texte court permettront l’élaboration collective d’une réponse disciplinaire.

5 Voir à ce sujet le très utile et intéressant glossaire de Xavier Roart, sur les termes et définitions des éléments constituant le lean ; la liste est impressionnante et permet de mieux cerner le lean entre ses composantes et la doctrine.

6 Voir, entre autres, les contributions de F. Daniellou et B. Dugué dans L. Théry (Ed), Le travail intenable. Résister collectivement à l’intensification du travail, (pp. 17-80). Paris : La Découverte.

7 Voir le mémoire de Master Organisation du travail et ergonomie, Université Paris 1 : Objectifs et effets du « lean » sur l’activité et la santé : la ligne en U comme terrain d’intervention (2007). A.F. Beauvois, explore la littérature promotionnelle du lean et constate que l’approche managériale est présentée comme une philosophie et un système idéalisé.

8 On peut guider le lecteur vers la revue « ergonoma » (revue de promotion d’équipements dits « ergonomiques »). La référence au « geste juste » vient d’un article d’autopromotion d’un cabinet lean dans le numéro d’avril-mai-juin 2009, intitulé « ergonomie et lean, l’entente cordiale ? quand l’entreprise a le PEP ».

9 Voir l’éditorial de novembre 2005 de l’ENST : http://www.lean.enst.fr/wiki/bin/view/Lean/TaylorismeOuToyotisme

10 L’ergonomie est habituée à trouver son identité dans la clarification des paradoxes. Dans les années 80, les nouvelles formes d’organisation, inspirées déjà du toyotisme, commençaient à prendre corps via les unités autonomes de production, le raccourcissement des lignes hiérarchiques, l’apparition des team-leader, la polyvalence…. Tout un nouveau discours doctrinaire était médiatisé par un ouvrage à succès « réussir l’investissement productif » (ouvrage rédigé par le cabinet de socio-techniciens AEGIST et préfacé par M. Riboux, aux éditions d’organisation, Paris, 1985). Il proposait une démarche de conception (la démarche socio-technique) dans laquelle la place des futurs utilisateurs était enfin reconnue. Il donnait la possibilité aux ergonomes non seulement de s’inscrire dans cette démarche, mais aussi de faire valoir des apports particuliers, notamment celle dans la conception des projets industriels (cf le cours de F. Daniellou « intégration de l’ergonomie dans la conduite des projets industriels », dans le cursus d’ergonomie du CNAM). Mais chaque élément qui pouvait faire consensus social et économique… pouvait également être un piège en puissance. Il en était ainsi de la question de l’autonomie. Comment pouvait-on s’opposer à donner plus d’autonomie à un travailleur ? Mais les premiers paradoxes sont apparus. Par exemple, l’autonomie ou la polyvalence n’étaient pas systématiquement performantes et le consensus a faibli devant les divergences d’interprétation. Pour les socio-techniciens, la plainte de l’opérateur s’expliquait plutôt par le défaut de comportement ou d’éducation. Pour l’ergonome, elle s’expliquait par l’écart entre les moyens et les situations à gérer. Ainsi, malgré la proximité apparente des principes défendus par la socio-technique et l’ergonomie, des divergences fondamentales existaient cependant, dont l’explicitation doit être considérée comme une ressource, une chance.

11 Sur ces notions de règles effectives, nous recommandons le support de présentation de C. Gaudart et K. Chassaing (www.ergonomie-self.org/media/media41203.pdf), dans leur conférence introductive du congrès de la SELF à Toulouse (2009) : Organisation du travail et Ergonomie. Les références citées dans notre article proviennent de modèles proposés par de Terssac, Lompré, Carballeda et Daniellou.

12 Ce chantier de l’instruction par l’ergonomie des modèles d’efficacité est un vieux serpent de mer. Notons qu’à ce propos, il semble exister une confusion, peut-être grave, au sein des ergonomes sur la question de l’efficacité. Pour nous, l’efficacité de (par) l’activité est la dimension absente des modèles d’efficacité des entreprises. C’est la responsabilité de l’ergonomie d’instruire ce manque. Or, de nombreux ergonomes semblent oublier cette exigence en étant directement aspiré (et dévoyé, encore ?) par les exigences d’efficacité de l’entreprise, se laissant ainsi évaluer par les indicateurs classiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bourgeois et Olivier Gonon, « Le lean et l’activité humaine », Activités [En ligne], 7-1 | avril 2010, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://activites.revues.org/2310

Haut de page

Auteurs

Fabrice Bourgeois

Omnia intervention ergonomique, 12/14 rue Courat 75020 Paris
Université Paris Ouest Nanterre Le Défense
fabrice.bourgeois@omnia.coop

Articles du même auteur

Olivier Gonon

ERGOnova, 78 chemin des 7 deniers, 31200 Toulouse
o.gonon@ergonova.fr

Haut de page