Navigation – Plan du site
Analyse d'ouvrages

Norros, L. (2004). Acting under uncertainty. The core-task analysis in ecological study of work

VTT Industrial Systems, Techniicantie 12, P.O. Box, 1301, FIN-02044 VTT, Finland
Jacques Leplat
Référence(s) :

Norros, L. (2004). Acting under uncertainty. The core-task analysis in ecological study of work. VTT Industrial Systems, Techniicantie 12, P.O. Box, 1301, FIN-02044 VTT, Finland.

Texte intégral

1L’auteure définit son livre comme « une contribution à la théorie de l’organisation située de l’action et au développement d’une méthode pour l’analyse empirique des pratiques de travail dans des envi­ronnements dynamiques complexes et incertains » (p. 19). Cette méthode dite aussi méthodologie est désignée comme « core-task analysis » que nous proposons de traduire par « analyse de la tâche noyau » (ou tâche nucléaire). L’auteure revient souvent sur sa définition et on retiendra celle qu’elle donne dans son chapitre introductif. « Pour nous, le concept de“tâche-noyau” signifie les objectifs partagés et le contenu critique des résultats du travail qui devraient être pris en compte par les acteurs dans l’exécution de la tâche pour obtenir une interaction correcte avec l’environnement. La tâche-noyau définit à la fois les possibilités d’action et les exigences à remplir dans toutes les situations » (p. 17). Cette « tâche-noyau a quelque parenté avec ce que nous appelons « tâche effective ». La définition de l’auteure se réfère à une collectivité de travail au sens où elle parle d’ « objectifs partagés » : le noyau serait alors une sorte de tâche effective commune. L’analyse de cette tâche-noyau se fait à partir de celle de l’activité et elle s’inspire de différents cadres théoriques que l’auteure connaît bien et dont elle situe le rôle dans son analyse. Il s’agit notamment de la théo­rie de l’activité de Léontiev, de la théorie du système d’activités de Engeström, de la méthodologie de Rasmussen et de la pragmatique de Peirce. Un accent particulier est mis sur la perspective de « recherche écologique », avec pour pivot l’idée de « système unitaire homme-environnement ». Dans un tel système, l’activité est conçue non pas comme résultat de l’interaction de deux systèmes – l’opérateur et l’environnement – mais comme résultant de l’organisation ou de la réorganisation du système formé par l’opérateur et son environnement : « l’action est vue comme émergeant d’un système homme-environnement » (p. 18).

2Dans la première partie du livre, « L’objet de la recherche : la construction située des actions et le développement des pratiques », l’auteure développe sa perspective d’analyse qui intègre et coor­donne les contributions apportées par les cadres théoriques évoqués plus haut. Elle le fait dans deux chapitres, consacrés l’un à la présentation de l’objet de la recherche, « le travail dans les environne­ments dynamiques, complexes et incertains », l’autre, à « l’analyse de l’action située dans le con­texte du système d’activité ». Cette partie s’achève par une présentation synthétique des méthodes d’analyse de la tâche-noyau qui en fait ressortir les caractéristiques essentielles.

3La seconde partie, « L’émergence de la nouvelle méthode : l’analyse de la tâche-noyau », comprend quatre chapitres qui marquent, en quelque sorte, la genèse de la méthode à partir de l’exposé détaillé de l’étude de quatre situations. Le premier chapitre de cette partie, « L’orientation vers la perturba­tion comme expression de l’expertise dans le travail moderne de manufacture » relate une recherche faite au cours de la modernisation d’une unité de production d’engrenages. Le chapitre suivant, « Les modes d’action dans le traitement des perturbations dans les opérations d’une centrale nucléaire », rapporte trois études réalisées sur un simulateur pleine échelle destiné à la formation. Ces deux chapitres montrent l’intérêt que présentent les perturbations des processus pour l’analyse de l’activité et des caractères de l’expertise. Ils font apparaître la place des notions d’orientation et d’ « habit » qui seront approfondies ensuite. Le troisième chapitre, « Une méthode écologique pour l’analyse de l’action située. Une étude de la pratique clinique de l’anesthésiste », met en valeur la notion d’ « habit » héritée de Peirce et définie comme « la tendance générique à agir dans des envi­ronnements particuliers » (p. 17). Ce concept d’ « habit » apparaît très voisin de celui de schème des psychologies d’origine piagétienne, terme que nous adopterons ici. L’auteure en distingue deux types : réactif — en conformité avec un schème pré-défini —, interprétatif — par élaboration à par­tir de données recueillies sur le patient. Le problème sous-jacent est celui du rapport entre les schè­mes d’action et le développement de l’expertise. Enfin, le quatrième chapitre de cette partie est consacré aux « schèmes d’action comme pratique élaborée coopérativement et historiquement dans la navigation des navires » et montre notamment l’intérêt de prendre en compte la dimension collec­tive des tâches.

4Le dernier chapitre du livre, « Création d’une expertise réflexive dans les organisations », est celui de la conclusion qui souligne les enrichissements marquants apportés à la perspective de recherche par les études exposées dans la seconde partie. On y trouvera, notamment, des réflexions sur la nature des schèmes (« habits »), sur leur élaboration et leur rôle dans la genèse et la compréhension de l’activité, sur l’expertise et ses deux modalités, confirmative et réflexive, sur l’existence des deux grandes catégories de stratégies pour la gestion des environnements dynamiques, complexes et incertains, la stratégie par la normalisation et la stratégie par l’adaptation.. Finalement, l’analyse de la tâche-noyau est conçue comme un outil pour la transformation du travail et le développement de l’expertise réfléchie des opérateurs.

5Cet ouvrage est riche de connaissances théoriques, méthodologiques et pratiques. Il montre com­ment ces connaissances peuvent être mise en œuvre et, inversement, comment cette mise en œuvre est elle-même génératrice de connaissances. On y voit s’élaborer et s’enrichir une problématique à travers l’analyse de situations diverses. Cette analyse réalisée sur le terrain, avec le concours des opérateurs, est décrite et commentée avec minutie et avec un grand souci de rigueur. Cependant, cet ouvrage comporte quelques défauts qui sont parfois l’envers de ses qualités. Ainsi, le souci de rigu­eur conduit quelquefois à un certain pointillisme dans l’analyse. La centration des chapitres de la deuxième partie sur chacune des situations étudiées amène à des redites. L’auteure est parfois un peu victime de ses compétences — qui sont grandes — en ce sens qu’elle veut communiquer toute la richesse qu’elle voit dans l’analyse des situations. L’ouvrage aurait gagné à être plus concis et plus centré sur les caractéristiques de la méthode.

6En conclusion, ce livre a l’avantage des livres à auteur unique, avec une unité de ton. Il a le souci de justifier sa méthodologie sur les plans théorique et pratique. Il est parfois d’une lecture difficile, mais l’effort qu’il impose en vaut la peine. Il sera utile aux étudiants, aux praticiens et aux cher­cheurs en ergonomie et en psychologie du travail, mais aussi aux ingénieurs et concepteurs. Il devrait figurer dans toute bibliothèque de ces disciplines.

J. Leplat,
février 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « Norros, L. (2004). Acting under uncertainty. The core-task analysis in ecological study of work », Activités [En ligne], 2-2 | octobre 2005, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://activites.revues.org/1832

Haut de page