Navigation – Plan du site
Analyse d'ouvrages

Alamargot, D., Terrier, P., & Cellier, J.-M. (Eds.). (2005). Production, compréhension et usages des écrits techniques au travail

Toulouse : Octarès Éditions, 243 pages
Jacques Leplat
Référence(s) :

Alamargot, D., Terrier, P., & Cellier, J.-M. (Eds.). (2005). Production, compréhension et usages des écrits techniques au travail. Toulouse : Octarès Éditions, 243 p.

Texte intégral

1Les écrits techniques tiennent une large place dans la vie de travail comme dans la vie hors travail dans la mesure où chacune est de plus en plus envahie d’appareils techniques de tous genres et de règlements de toutes sortes, tous matière à textes écrits. L’ergonomie trouve là un champ d’action très important, surtout quand on sait les dysfonctionnements liés à l’usage de ces écrits. Elle s’y inté­resse d’ailleurs depuis longtemps, même si c’est de manière encore assez limitée (@ctivités y a apporté récemment une contribution). Le livre collectif qui nous est présenté milite à juste titre pour « des approches croisées des écrits techniques au travail ». En effet, ces derniers peuvent être envi­sagés sous des angles très divers : technique, ergonomique, psychologique, linguistique, etc., sous l’angle aussi des pratiques auxquelles ils sont associés. Les auteurs ont choisi d’examiner ces textes sous trois points de vue : leur production, leur compréhension et leurs usages. Ce seront les titres des parties II, III et IV de leur ouvrage. Comme il est très justement noté dans l’avant-propos, « cet ouvrage ne peut en aucun cas constituer un manuel sur les écrits techniques. Il en est toutefois une première étape … » (p. 10).

2Avant de procéder à ces « approches croisées » centrées sur les documents, une introduction détaillée des coordinateurs est suivie de deux chapitres qui développent la perspective linguistique d’un point de vue disciplinaire qui est justifié par l’intérêt particulier que les linguistes apportent à ce type de textes. L’ergonome appréciera dans le premier de ces chapitres une réflexion sur la manière de concevoir la linguistique appliquée et la linguistique théorique, en termes de complé­mentarité et d’enrichissement mutuel, qui rappelle certains débats ergonomiques. Dans le second chapitre, les auteurs proposent le terme d’ergolinguistique pour caractériser leur démarche.

3La partie II, « Production », s’ouvre par un chapitre qui analyse expérimentalement l’« activité rédactionnelle » et met en évidence l’importance de l’empan de la mémoire de travail. Le chapitre suivant s’attache à montrer que la conception de documents procéduraux a le plus grand intérêt à prendre en compte leur utilisateur présumé et les types d’activités que celui-ci met en œuvre. On y trouve justement relatées des études de pratiques d’utilisation de ces documents procéduraux et une analyse des facteurs influençant cette utilisation, ceci ouvrant à des recommandations pour la con­ception. Le chapitre final de cette partie présente l’analyse expérimentale d’un discours procédural pour la description d’un itinéraire dans des environnements et pour des utilisateurs variés.

4La partie III, « Compréhension », examine les processus de compréhension mis en jeu par l’usage de quelques types de documents techniques. Le titre de ses trois chapitres donne une bonne idée des thèmes traités. – Différences novices-experts dans l’apprentissage de domaines spécifiques par la lecture : effet de la structure textuelle et des catégories sémantiques. – Mise en forme matérielle du texte et traitement de l’information liée à une instruction spécifique : l’effet de mise en acte avec une tâche d’assemblage. – Conception, compréhension et usages de l’information iconique véhiculée par les pictogrammes. Ce dernier texte précise les avantages et limites de l’information iconique, il esquisse une taxonomie de cette dernière et discute le rôle du contexte dans sa compréhension.

5La partie IV, « Usages » examine quelques grandes catégories d’usages des documents techniques en mettant l’accent sur le rôle que ceux-ci peuvent jouer dans l’organisation de l’activité. Un pre­mier chapitre définit les caractéristiques et fonctions des textes procéduraux et les illustre par deux études conduites dans le domaine du transport ferroviaire. Un modèle met en rapport quatre élé­ments majeurs de l’usage de ces textes : la tâche, le texte procédural, son rédacteur et la l’utilisateur. Le chapitre suivant examine des déterminants de l’usabilité des aides opératoires et dégage des prin­cipes d’utilisabilité de ces aides. Le troisième chapitre traite de l’usage des écrits techniques à travers les documents que se transmettent les infirmières au cours de relèves de poste. Enfin, un dernier chapitre présente un « cadre » ou modèle approximatif destiné à l’analyse et à l’assistance de la coordination entre production et compréhension des documents. Ce cadre très général dit « des correspondances » a été exploité par l’auteur pour comprendre et analyser les situations en vue de la conception d’aides informatiques et de la conception de systèmes.

6Une vingtaine d’auteurs ont participé à la rédaction de cet ouvrage, qui sont tous issus des milieux de l’enseignement et de la recherche. En même temps qu’ils abordent les questions avec des problé­matiques et des méthodologies variées, ils manifestent un souci, plus ou moins marqué, de répondre à des problèmes pratiques. La diversité des contributions illustre bien le croisement des perspectives souhaitées par les coordinateurs et la multiplicité des voies par lesquelles peuvent être abordés les pro­blèmes posés par les écrits techniques. On regrettera quand même la place minime faite aux travaux d’orientation ergonomique, comme à ceux conduits dans des perspectives très directement prati­ques. De telles contributions auraient permis de mieux entrevoir la portée pratique de cet ouvrage et de donner un aperçu des étapes qui suivront cette « première étape » dans laquelle les auteurs ont inscrit leur démarche.

7En résumé, ce livre sera très utile à tous ceux qui sont impliqués dans la production et l’usage des écrits techniques. Ils y trouveront des références essentielles ainsi que des perspectives théoriques et méthodologiques susceptibles de contribuer efficacement à la conception de leurs études et interven­tions pratiques. Souhaitons qu’il stimule les recherches ergonomiques dans un domaine où il y a encore beaucoup à faire.

J. Leplat,
mai 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « Alamargot, D., Terrier, P., & Cellier, J.-M. (Eds.). (2005). Production, compréhension et usages des écrits techniques au travail », Activités [En ligne], 2-2 | octobre 2005, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 26 mai 2017. URL : http://activites.revues.org/1828

Haut de page