Skip to navigation – Site map

Politique éditoriale

Activités a pour finalité d’être un lieu de mise en patrimoine et de débat sur les conceptualisations qui permettent d’appréhender les activités humaines finalisées, et sur les méthodes et les pratiques qui lui sont associés pour l’analyse, l’intervention et la conception. A ce titre, Activités poursuit une ambition particulière d’approfondissement des liens entre la production de connaissances d’une part et les finalités de transformation en rapport avec des « terrains » ou des « situations » d’autre part. Il peut s’agir de domaines tels que le bien-être et la santé au travail, l’efficacité, la sécurité ou la fiabilité des systèmes de production, la professionnalisation des acteurs, la conception des artefacts et des outils des situations de la vie quotidienne, ou la conception des systèmes de travail, y compris dans leurs dimensions organisationnelles ...

La revue favorise la mise en perspective des différents cadres théoriques et méthodologiques qui abordent les activités humaines finalisées : approche historico-culturelle de l’activité, approches situées de la cognition et de l’action, approches basées sur l’analyse des pratiques. Elle souhaite également être un support d’échange sur les démarches d’intervention et sur les processus de conception qui contribuent à la transformation des activités, des situations et des systèmes de travail, ainsi que sur les avancées théoriques et méthodologiques concernant l’analyse du travail et les activités humaines finalisées.

La revue accueille des travaux appuyés sur l’étude des activités humaines finalisées en situations réelles, menées par différentes disciplines : ergonomie et psychologie du travail, didactique professionnelle, linguistique, philosophie, engineering, design, sociologie, gestion...

Ainsi la revue est ouverte à des textes centrés :

  • Sur le concept d’activité, dans ses dimensions ontologiques (qu’est-ce que l’activité ?) et épistémologique (comment apprend-on quelque chose sur l’activité ?) ;

  • Sur les tensions entre connaissances et action, que celles-ci apparaissent dans des communautés de pratiques, dans l’activité de l’analyste ou de l’intervenant, ou de ceux dont l’activité est analysée ;

  • Sur les méthodes (comment observer et analyser l’activité, comment conduire des processus de transformation …) et sur les conditions de leurs mises en œuvre ;

  • Sur les connaissances obtenues à partir de l’analyse de l’activité et du travail (état des conditions de travail et de vie, classes de situation ...) ou à partir des processus contribuant à la transformation des activités et des situations de travail (développement au travail, conduite de projet, …).

  • Sur des états de l’art, qu’ils soient à caractères méthodologiques ou théoriques, faisant une synthèse d’un ensemble de travaux sur une question donnée.