Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrage

Mayen, P., & Lainé, A. Apprendre à travailler avec le vivant ? Développement durable et didactique professionnelle

Jacques Leplat
Référence(s) :

Mayen, P., & Lainé, A. (Eds.). (2014). Apprendre à travailler avec le vivant ? Développement durable et didactique professionnelle. Dijon: Éditions Raison et Passions. 250 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’ouvre par une courte introduction de ses deux coordinateurs qui s’attachent à commenter son titre et à définir son objet : « qu’est-ce que le travail avec le vivant ? Que sont les différents types de travail avec le vivant ? Quelles manières de penser et d’agir caractérisent des professionnels compétents ? Comment former des professionnels ou de futurs professionnels ? » Pour y répondre, il sera beaucoup emprunté à deux courants de pensée, la didactique professionnelle et la pédagogie constructiviste. L’ouvrage comporte cinq grandes parties : la première, assurée par les deux coordinateurs, définit le cadre général de l’ouvrage. Les secondes sont faites de contributions qui seront appelées chapitres et confiées à des auteurs divers.

2La première partie, « Un cadre de pensée et d’action » comporte deux longs chapitres auxquels ont contribué directement les deux coordinateurs. Le premier, « Apprendre à travailler avec le vivant : l’entrée par la didactique professionnelle », constitue une véritable introduction à l’ensemble du travail. L’auteur précise d’abord que « travailler avec le vivant » est à entendre comme travailler avec les êtres vivants ». Il présente ensuite la didactique professionnelle comme une « technologie pour la formation », en quoi elle est particulièrement adaptée à l’étude du travail sur le vivant. L’auteur souligne le fait que « le travail n’est pas seulement exécution de l’action, mais « demande de penser » visant la constitution de compétences destinées à la mise en œuvre de connaissances pour « diagnostiquer, raisonner, décider, anticiper ».

3Dans la seconde section de cette même partie, l’auteur insiste sur deux caractéristiques majeures du travail avec le vivant. D’abord, une spécificité particulièrement essentielle, à savoir qu’il appartient à une « catégorie de situations que l’ergonomie cognitive a désignée du nom d’ « environnement dynamique » (p. 51) et dont il est rendu compte de la pertinence pour l’étude de ces situations. Ensuite, travailler avec le vivant amène à entrer dans une perspective écologique au sens où l’action prioritairement finalisée est aussi forcément en rapport avec d’autres objets et phénomènes vivants et a un caractère distribué. L’auteur souligne que cette propriété entraine « une série de ruptures de modes de pensée ».

4Le second chapitre de cette partie développe une notion qui reviendra souvent dans cet ouvrage, qui est celle de développement durable. Elle se réfère à l’évolution des attentes de la société bien exprimée dans un document cité par les auteures : « hier, on préservait essentiellement les espaces remarquables, sous statut de protection, aujourd’hui, on gère l’ensemble des espaces » et les aménagements doivent s’inscrire dans le développement socio-économique des territoires.

5La deuxième partie, « Métiers de l’aménagement paysager » relate deux recherches réalisées dans des aménagements différents sollicitant des travaux en équipe. Toutes deux font une large place à l’analyse du travail collectif, en particulier au rôle du chef d’équipe. Chacune rapporte le cadre d’analyse qui a guidé le travail sur le terrain et mentionne quelques résultats essentiels. La première met l’accent sur la portée de la recherche concernant la conception de cette dernière et sur « ses conséquences en matière de formation » ; la seconde, sur les problèmes de coordination à l’intérieur de l’équipe et sur le rôle du chef d’équipe dans l’insertion des travailleurs. Les commentaires de ces deux recherches mettent en valeur la portée pratique de leurs résultats.

6La troisième partie, « Métiers de la gestion et de la nature et de la forêt » comporte trois chapitres. Le premier, « le coordonnateur d’espaces naturels et de randonnées », relate quelques données sur l’histoire du métier de gestionnaire nature et l’évolution parallèle des fonctions qui lui sont affectées. À cette fin, l’auteure a suivi pendant une longue période un agent qui vivait la transition entre deux modèles du métier : un ancien modèle qui visait prioritairement la gestion d’espaces protégés, et un nouveau modèle aux finalités encore mal définies, mais relatives à un champ d’intervention élargi. Le modèle ancien est centré sur la protection de la nature et la préservation des espèces ; le modèle nouveau vise, lui, « la recherche d’un partenariat homme-nature » cherchant à concilier développement socio-économique et équilibres écologiques. L’auteure décrit et caractérise cette évolution comme le passage de « la mise sous cloche à la gestion intégrée. Elle dégage quelques conséquences de ce changement de conception du métier sur une transformation parallèle de la formation. « La formation doit alors permettre à chacun de s’ouvrir à une diversité de situations possibles, viser l’émancipation des futurs professionnels, pour trouver des solutions acceptables par tous en fonction des contextes et des situations. » Des propositions très concrètes sont suggérées en ce sens.

7Le deuxième chapitre, « le technicien de rivière » de la même auteure, se propose « d’analyser le travail de ce technicien et de mettre en évidence quelques aspects des schèmes, des représentations et des raisonnements propres au travail avec la rivière. ». L’auteure définit d’abord les caractéristiques du métier et le contexte dans lequel il s’exerce. Pour conduire sa recherche, elle s’assure le concours d’un technicien de rivière expérimenté qu’elle a « suivi, observé, filmé, et interviewé dans diverses situations de son activité : une situation d’inventaire de frayères à truites et saumons ; une situation de restauration de cours d’eau », etc. Il n’est pas possible de résumer ici la manière particulièrement intelligente avec laquelle ce projet a été conduit. On ne donnera que quelques lignes de la conclusion. L’analyse de l’activité conduite a permis « de conforter l’idée que le travail n’est pas une application de la science en situation. Le technicien mène une action finalisée par son statut et ses prescriptions, mais les concepts et les raisonnements qu’il met en œuvre en cours d’action, les indices qu’il repère sont proches de ceux que propose et modélise la science. (…) Il raisonne pour agir, pour inventer des solutions, pour atteindre de buts. Il s’est construit des outils de diagnostic. » (p. 189).

8Le chapitre suivant, « La didactique professionnelle à la découverte des travaux forestiers. Appréhender la compétence du sylviculteur dans une gestion durable de la forêt » illustre comment la didactique professionnelle peut être exploitée et contribuer efficacement à la conception de la formation.

9La quatrième partie « Travailler avec son environnement » comporte trois chapitres. Le premier, « La pêche à pied professionnelle. Une démarche d’analyse du travail pour penser l’écriture d’un référentiel. » Le statut du pêcheur à pied s’est progressivement professionnalisé jusqu’à ce qu’un décret de 2001 fixe « l’obligation d’accomplissement d’un stage de formation pour obtenir le statut de pêcheur à pied professionnel. Ce chapitre relate une étude visant à constituer un référentiel et une formation à ce métier.

10Le second chapitre, « Travailler avec des bêtes, des humains, des champs et des légumes. Le cas d’un collectif installé en agriculture biologique » cherche à définir la place du vivant dans l’activité agricole. Cette place ayant des dimensions multiples fait que l’agriculteur doit prendre en compte et organiser un grand nombre d’objectifs. Pour cela, il doit « tout au long des saisons anticiper et hiérarchiser les priorités pour agir ». Pour analyser cette situation, l’auteure commente les problèmes rencontrés par de jeunes praticiens lors de la réalisation d’un projet agrobiologique. Il s’en dégage un certain nombre de caractéristiques touchant à la fois les conditions à affronter et le choix des activités requises pour y répondre. Ainsi sont dégagés quelques principes généraux propres à guider toute action « sur, avec et pour le vivant.»

11Le troisième chapitre, « L’animation nature », relate une expérience pédagogique menée dans le cadre d’une formation à la didactique professionnelle. Il vise à déterminer « en quoi cette discipline peut aider un enseignant ou un formateur dans sa pratique ». Un développement parfois difficile à suivre souligne, à cette fin, l’intérêt de l’observation, en particulier sous la forme de l’enregistrement vidéographique : un témoignage détaillé en est apporté.

Conclusion

12L’auteure de la conclusion essaie de répondre à la question fondamentale des enseignants en charge de la formation des praticiens appelés à « travailler avec le vivant » : cette question, c’est « mais que faut-il donc leur apprendre ? » Elle puise des éléments de réponse dans les pages précédentes et souligne une recommandation majeure : « former au plus près de la compétence professionnelle. Elle insiste aussi sur l’intérêt des « analyses de pratiques professionnelles » et sur la nécessité d’acquérir les outils nécessaires à la réussite de cette analyse.

13Ce livre très riche et bien présenté devrait intéresser naturellement tous ceux qui travaillent avec le vivant, comme le large public attiré par les multiples facettes du domaine du vivant. Mais il devrait être apprécié aussi par les psychologues du travail et les ergonomes auxquels il ouvre un domaine encore mal exploré par les praticiens de ces disciplines. Cet ouvrage pourra aussi être utilement exploité par des lecteurs intéressés par la formation des praticiens de domaines divers. Ils y trouveront des cadres théoriques et des méthodologies variés susceptibles d’améliorer leurs analyses, leur pratique et toutes les mesures touchant la formation.

Les auteurs

14Claire Abel-Coindoz, Dominique Beck, Fanny Chrétien, Corinne Dufour, Laure Houstin, Sandrine Jules, Hélène Laguerre, Armelle Lainé, Patrick Mayen, Catherine Mayeux, Loïc Robin, Florent Spinec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leplat, « Mayen, P., & Lainé, A. Apprendre à travailler avec le vivant ? Développement durable et didactique professionnelle », Activités [En ligne], 12-1 | Avril 2015, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://activites.revues.org/1052

Haut de page